ENTRACTE#26

ENTRACTE #26 PERSPECTIVE

Le projet « Perspective » présente sous la forme d’une soirée vidéos – live puis d’une exposition, les connexions temporelles et visuelles d’Amandine Portelli entre dessin, vidéo, performance et réactivation. Cet échange avec l’artiste réalisé au début de sa résidence intervient en pleine conception artistique et scénographique, une autre perspective partagée avec Amandine Portelli.
Léo Bioret : Accueillie dans la Cabine par le collectif BLAST, le mois de mars te permet de mettre en forme et en scène le projet, Perspective. Quel est ton programme de travail, comment investis-tu les lieux et l’espace de la Cabine entre l’exposition et la soirée de projection ?
Amandine Portelli : D’abord par une mise en espace puis un temps de création in situ. Les premières semaines passées dans la Cabine me permettent d’installer le cadre de mon projet : cloisons, lumières, matériel vidéo et obturation des fenêtres pour faire le noir et les premiers tests audiovisuels.
Le début de cette « résidence » coïncide avec un temps de travail dédié à la mise en place de ma performance vidéo.
La soirée de projection aura lieu au sein de l’exposition encore en montage le mercredi 22 mars 2017. Je répèterai donc cette performance en plusieurs sessions dans l’espace de la Cabine.
Le soir d’ENTRACTE sera une sorte de représentation.
Léo Bioret : Peux-tu nous en dire plus sur le déroulement de cette soirée de « vidéos – live » ENTRACTE # ? Comment fonctionne les deux performances Silence ! et Perspective ?
Amandine Portelli : La première performance, Perspective, réactive une vidéo que j’ai déjà présentée en novembre 2016. C’est un ensemble de dessins que je réalise depuis 2012 et je me suis rendu compte du rythme qu’ils créaient. Je les ai donc travaillés en série avec une approche très influencée par l’utilisation du fusain dans les séries de Matisse dans son exposition, Paires et séries au Centre Georges Pompidou en 2012.
Pour la performance Perspective, la première partie de la vidéo est projetée. Pour la partie live, je dessine au fusain mes dessins sur une grande table lumineuse ou sont reliés trois micros et une caméra qui diffusent le son de mes actions sur la feuille et les images du dessin en cours. La deuxième partie de la vidéo est composée d’extraits de médias qui montrent les murs dans le monde. La performance commence par des bruits extérieurs et se termine dans le silence complet.
Perspective parle du dessin mais aussi du dessein, de la projection ; de cette idée que l’homme a besoin de se projeter et de construire (pas forcément dans un sens positif). En tant qu’artiste, je me considère aussi comme faisant partie de l’espèce humaine, ayant aussi ce défaut de pouvoir, de construire, d’être souverain. Je ne considère pas simplement porter un regard critique, mais je pose ce que nous sommes et ce que nous sommes capables de faire et de penser. Je ne fais que montrer.
Silence ! est ma première expérience de la forme de « vidéo – live » réalisée en collaboration avec l’artiste Loredana Lanciano. Entendre sa voix en direct de la projection vidéo apporte une nouvelle résonnance à l’image vidéographique. J’ai décidé d’activer ce projet pour la deuxième fois.
Silence ! dure environ 5 minutes. L’amphithéâtre qui est projeté fait partie d’un établissement scolaire où toutes les semaines, je surveillais des élèves, qui faisaient des devoirs de préparation au Baccalauréat. Pendant un an je les ai dessinés. Leur présence dans cette grande architecture instaure un rythme dans les dessins. Visuellement, les élèves, assis derrière ces grandes lignes de tables, ressemblent à une portée musicale. Chaque tête devient une note, un temps, une basse, une aigue, un élément de la partition. Ces Notations sont devenus une partition que j’ai demandé à Loredana Lanciano, artiste bruitiste et chanteuse contemporaine d’interpréter et d’activer pour la performance.
J’ai découvert, Du signe au son, histoire de la notation musicale de Jean-Yves Bosseur, sur l’histoire de la partition et la question de l’interprétation. La partition est là pour donner une règle mais il existe une part de liberté. Tout est guidé, mais l’écriture ne peut pas tout imposer à l’interprète, même dans l’écriture la plus stricte musicalement. Le rendu n’est jamais le même. C’est ce qui m’a intéressé, donner une règle à une artiste musicienne, qui va poser ses codes.
J’aime la notion de performance qui est très temporelle. À un moment T on voit un passage, une action et dans un deuxième temps, l’archive de cette performance, qui en fait partie mais qui n’est plus la performance vue, mais la trace. Je souhaite développer cette temporalité dans l’exposition Perspective.
Extrait de l’entretien réalisé avec l’artiste Amandine Portelli le 3 mars 2017 par Léo Bioret et Chloé Martin
Perspective, une exposition à découvrir du 1erau 29 avril 2017 au 3 boulevard Daviers – le pad / la Cabine – vernissage le samedi 1er avril à 11h30
thumb_IMG_0709_1024

P1020050